mercredi, octobre 25, 2006

Ontologie

Ontologie

Du grec ôn, ontos, participe présent de einai, «être», et logos, «discours», «étude», «science».

________________________________________
1. Ontologie : autre nom de la métaphysique — entendue comme la discipline qui étudie l'Être en tant qu'être, indépendamment de ses déterminations particulières.
2. Ontologique se dit de ce qui concerne l'être en tant que totalité.
________________________________________

• La preuve (ou l'argument) ontologique désigne le raisonnement avancé par saint Anselme, et repris par Descartes, pour prouver rationnellement l'existence de Dieu : l'existence serait comprise dans l'idée même de Dieu, défini comme l'être absolument parfait. Cet argument sera réfuté par Kant dans la Critique de la raison pure.

ontologie n. fém. PHILOS. Mot forgé à la fin du XVIIe s., utilisé par l'école leibnizio-wolffienne pour désigner la science de l'être en tant qu'être (antérieurement appelée métaphysique ou philosophie première). Étude de l'essence des choses (cause, quiddité, substance), au-delà de leur manifestation et de leurs attributs. Pour Kant, l'ontologie est une «simple analytique de l'entendement pur», l'approche critique de ses concepts et de ses principes. Husserl, puis Heidegger donnent un sens positif à l'ontologie qui est pour eux question de l'être et non science de l'être.

ontologique adj. Qui concerne l'ontologie. Preuve ontologique : nom que donne Kant à l'argument de saint Anselme ( Proslogion), repris par Descartes ( Discours IV): l'idée d'un être parfait comprend nécessairement son existence. Ainsi, de l'essence de Dieu se déduit son existence.

Chronologie (1781): Kant : Critique de la raison pure

Traité philosophique d'Emmanuel Kant (1781).

En 1781, Kant a 57 ans. La Critique de la raison pure est l'œuvre inaugurale et décisive d'un projet depuis longtemps médité et qui parvient à sa complète clarification: examiner les pouvoirs de la raison, définir les limites de ce qu'il lui est réellement possible de connaître et celles dans lesquelles son usage reste légitime.

La préface de l'édition de 1781 place l'œuvre devant la crise qu'elle va surmonter: la raison humaine a pour destin métaphysique d'aborder des questions que sa nature ne lui permet pas de résoudre alors même qu'elle l'y pousse; le seul projet métaphysique possible est «critique», il démontre par la raison le mécanisme des illusions de celle-ci. La préface de l'édition remaniée de 1787 insiste sur une question d'ordre épistémologique: comment expliquer la réussite de la raison dans les mathématiques et la physique, qui sont des sciences ne pouvant être entièrement dérivées de l'expérience, alors qu'elle échoue en métaphysique?

L'ouvrage est une réponse à l'empirisme de Hume et une propédeutique à la construction de la doctrine de la philosophie transcendantale proprement dite. Elle articule des dimensions ontologique, phénoménologique, épistémologique et métaphysique, qui donneront lieu à des interprétations très différentes et souvent polémiques.

L'ontologie et la métaphysique,
en tant que parties de la philosophie systématique, traitent des questions philosophiques fondamentales. Par cette démarche, la raison critique tente de se rendre compte des présupposés ultimes de la pensée et du réel. Ainsi comprises, ces disciplines ne posent pas seulement la question "Qu'est-ce que l'être ?", mais elles tâchent également de creuser le rapport entre l'esprit, la réalité et le langage.

La métaphysique est autant philosophie de l'esprit que philosophie de l'être. De nos jours, la métaphysique ne peut se comprendre que par un recours à l'histoire, à savoir comme une discussion critique de la tradition métaphysique, que l'on ne peut ni globalement rejeter ni non plus simplement répéter. De cette façon, l'étude de l'héritage métaphysique doit se comprendre à la fois comme une critique et une redécouverte de la tradition.

Ontologie : science de ce qui existe.

La définition des ontologies est héritée d'une vieille tradition philosophique, remontant aux catégories d'Aristote - au moins - poursuivie par les bibliothécaires et les documentalistes, avec la construction des index, thesaurus, glossaires etc. Le vieux sens métaphysique du mot a été rafraîchi par les besoins des systèmes informatiques complexes en représentation des connaissances et définition de catégories. Les modèles proposés en ce domaine par les grands répertoires hiérarchiques du Web, et largement reproduits sont loin d'être satisfaisants.
De nombreux et importants projets se mettent en place dans ce domaine stratégique, entre autres pour la mise en place du Semantic Web. Le problème fondamental est de respecter la diversité des langages et des représentations du monde, tout en permettant l'échange d'information.

Exemple : une Topic Map concernant le Soleil et la Terre, les étoiles et les planètes,
pourra utiliser des ontologies différentes suivant le contexte.

Dans l'ontologie de l'astronomie moderne, l'association "Système Solaire " est un exemple (instance) d'association "Système planétaire". Dans une représentation antique de l'Univers, une telle association ne serait pas définie, car le Soleil n'était pas considéré comme une étoile, ni la Terre comme une planète, et la notion générale de "Système planétaire" n'avait pas de sens.

1 commentaire:

patrick hubert a dit…

Bonjour!
ETRE et CE qui est sont confondus

Etre

L'Apparence Est
Matière
Conscience
Mouvement.

La conscience est
Sensation,croissance,
Perception,déplacement,
Apparition,communication.

Conscient est.